Site icon Réussir dans la Vie.com

Coaching en développement personnel et non-dualité.

Un véritable « coaching en développement personnel » ne se contente pas d’un changement superficiel, ce n’est ni un cataplasme destiné à recouvrir des problèmes ni une promesse de réussite financière ou personnelle. Choisir ce type d’accompagnement c’est s’engager dans une véritable démarche de changement radical. Ce n’est pas une « évolution », c’est une « révolution ».

J’ai eu la chance de vivre en Asie et d’y compléter ma formation qui avait été faite dans une perspective occidentale, donc cartésienne, c’est ce qui a permis à ce changement profond de se produire dans mon regard sur la vie…

Pour nous, européens et surtout Français, le besoin de comprendre arrive en tête des préoccupations. La question que les Français posent le plus souvent c’est : « Pourquoi fait-on? » Alors qu’aux Etats-Unis la question est « Que fait-on? » afin de rendre les techniques rentables et que les Japonais demandent : « Comment-fait-on? » afin de pratiquer la technique avec le maximum de précision et d’efficacité.

Ce qui a fait basculer ma perception des « problèmes » c’est que la pensée asiatique est très proche des phénomènes naturels et cela conduit à une vision « non duelle » de la vie, rien de plus évident. En effet, la vie est un système cohérent , une UNITE, des combinaisons d’énergie se transforment sans cesse. C’est le sens du symbole bien connu du Yin et du Yang qu’on utilise ici à toutes les sauces, le Yin contenant le yang et réciproquement. En ce sens, il n’y a pas de distinction entre les problèmes et leurs solutions, ce qui est très intéressant dans le domaine du coaching où l’on a tendance à vouloir trop souvent séparer les phénomènes au lieu de les percevoir comme un ensemble.

L’un des penseurs qui a le mieux exprimé cette philosophie c’est le mystérieux et peut être « légendaire » sage chinois Lao Tsu (né 5 ou 6 siècles avant J.C.) dans son Tao Tö King (Livre de la Voie et de la Vertu), ouvrage fondateur du Taoïsme dont je vous cite un poème qui résume bien la conception « non dualiste » partagé par une bonne partie de l’Asie : 

Les rayons de la roue

convergent au moyeu.

Ils convergent vers le Vide.

Et c’est grâce à lui

que le char avance.

Un vase est fait d’argile,

mais c’est son vide

qui le rend propre à sa tâche.

Une demeure est faite de murs

percés de portes

et de fenêtres,

mais c’est leur vide

qui la rend habitable.

Ainsi,

l’homme construit des objets,

mais c’est le vide

qui leur donne sens.

C’est ce qui manque

qui donne

la raison d’être.

Tao Te King, Lao Tsu

Quitter la version mobile