Eloge du « stress »

Ce n’était pas vraiment un scoop lorsque des études ont commencé à montrer que la négligence et la maltraitance extrêmes ou le fait de vivre des événements très traumatisants pouvaient entraîner de graves problèmes de santé mentale plus tard dans la vie.Les psychologues et les philosophes écrivaient depuis des siècles sur les effets négatifs de la violence et des abus.

Mais la surprise c’est que les psychologues ont également découvert que le fait d’avoir très peu souffert et lutté est également associé à des résultats moins bons dans de nombreux domaines de la vie.

Les personnes qui ont une vie tranquille ont en fait tendance à avoir une moins bonne santé mentale, à moins bien tolérer la douleur et à souffrir davantage de maladies physiques que la moyenne des gens.

Ainsi, trop de traumatismes et de douleurs vous bousillent, mais trop peu de luttes dans la vie vous fragilisent.Par conséquent, il existe une quantité optimale de douleur que nous devons supporter pour être heureux et en bonne santé – une zone idéale – pas trop, mais pas trop peu non plus.Nous savons intuitivement que cela est vrai pour d’autres domaines de notre vie. Par exemple :

Pour favoriser la santé physique, nous soumettons notre corps à un certain degré de douleur physique lorsque nous faisons de l’exercice. Mais si nous nous surmenons, nous risquons de nous blesser. Si nous ne faisons pas du tout d’exercice, notre corps se dégrade.

Notre système immunitaire est plus sain lorsqu’il est exposé à des quantités modérées de bactéries et de virus. Si l’on est trop exposé, on tombe vraiment malade ; si l’on n’est pas assez exposé, on est moins apte à combattre les infections futures.

Donc, si notre corps a besoin d’être soumis à un minimum de stress et de douleur pour préserver sa santé physique, pourquoi penser qu’il en va autrement pour notre santé mentale et notre bien-être ?

Vous voyez, c’est la raison pour laquelle vouloir à tout prix penser « positif peut être négatif : trop de pensée positive peut être tout aussi nuisible que trop de pensée négative. Le fait est que vous avez besoin de recevoir des coups de la vie de temps en temps afin d’être plus résilient et de ne pas vous affaiblir en croyant que tout ce que vous devez faire est de « penser positif ».Mais même si nous comprenons que la douleur est nécessaire au développement mental et spirituel, pourquoi ne faisons-nous pas régulièrement de l’exercice dans ce domaine de notre vie, pourquoi ne nous stressons-nous pas intentionnellement comme nous savons le faire avec nos corps en faisant de l’exercice?

La condition pour s’exposer intentionnellement à ce « stress vital » c’est de trouver un sens à votre douleur.

Si vous ne trouvez pas de raison à votre souffrance, vous aurez l’impression de souffrir inutilement. Et lorsque nous souffrons sans raison, nous avons l’impression que la vie n’a aucun sens et que nous n’avons aucun contrôle sur elle. Avoir le sentiment de contrôler au moins une partie de sa vie est essentiel pour se sentir bien. Par conséquent, trouver un sens à la douleur renforce le sentiment d’utilité et de bien-être dans notre vie.

Pensez à un domaine de votre vie dans lequel vous avez évité une douleur nécessaire.

Cela peut être n’importe quoi, petit ou grand. En fait, si vous avez l’habitude d’éviter vos problèmes, il serait peut-être préférable de commencer petit.

Peut-être avez-vous reporté quelque chose. Vous savez, on appelle ça « la procrastination » ou « l’évitement ». il y a plein de choses comme ça : une tâche à accomplir, une première démarche pour se jeter à l’eau, une mise au point avec une personne qui pourrit nos relations,…Nous avons tous quelque part de ces « zones d’inconfort » et nous nous trouvons pleIn d’excuses pour éviter d’aller les voir de près.

Quelle que soit la douleur que vous évitez – et nous évitons tous quelque chose de douloureux dans notre vie – . La première étape pour y remédier est d’identifier exactement ce dont il s’agit.

Alors, quelle douleur nécessaire évitez-vous?

%d blogueurs aiment cette page :